MERCI

AUX 100 FILLES

Mylène St-Sauveur (actrice)
Josianne Poirier (artiste visuelle)
Caroline Blais (artiste visuelle)
Catherine Chagnon (productrice)
Marie-Eve Huot (actrice et productrice de théâtre pour enfant)
Roxane Chamberland (artiste de performance)
Sylvie-Anne Ménard (bédéiste)
Sophie Farkas Bolla (réalisatrice et monteuse)
Geneviève Bolla (danseuse et chorégraphe)
Valérie Dumaine (designer)
Véronique Beaudet (actrice)
Patricia Bouschel (productrice)
Charlotte Loseth (chanteuse et musicienne)
Gillian Nycum (productrice)
Katie Moore (chanteuse et musicienne)
Sophie Desmarais (actrice)
Anne Émond (réalisatrice)
Nelly-Ève Rajotte (artiste visuelle)
Amélie Rajotte (danseuse et chorégraphe)
Sarah Berthiaume (auteure dramatique et actrice)
Maude Laperrière (actrice)
Tamara Bavek (joaillière)
Janick Gravel (joaillière)
Noémie Vaillancourt (joaillière)
Véronique Pascal (actrice et productrice)
Catherine Perreault-Lessard (rédactrice en chef)
Sabrina Ratté (vidéaste)
Catherine Vidal (metteure en scène et actrice)
Vinna Laudico (photographe)
Mandi A. Morgan (artiste visuelle)
Nancy Grant (productrice)
Silvi Tourigny (humoriste)
Annie St-Pierre (documentariste)
Nancy Perron (artiste visuelle)
Maude Chauvin (photographe)
Roxanne Arsenault (directrice d’un centre d’artiste et chanteuse)
Isabelle Guimond (artiste visuelle)
Janick Langlais (productrice scène métal et chanteuse)
Rebecca Déraspe (auteure dramatique)
Marie-Josée St-Pierre (réalisatrice)
Dana Michel (danseuse et chorégraphe)
Stéphanie Webber Biron (directrice photo)
Anne-Élisabeth Bossé (actrice et improvisatrice)
Alexandra Streliski (compositrice)
Catherine Leroux (auteure)
Salomé Leclerc (auteure, compositrice, interprète)
Sophie Goyette (réalisatrice)
Audrey PM (chanteuse et chroniqueuse)
Kim Doré (poétesse et éditrice)
Myriam Verreault (réalisatrice)
Anne-Marie Laflamme (designer)
Catherine Métivier (designer)
Isabelle Paquette (ballerine)
Marion Carassou-Maillan (vj)
Émilie Girard-Charest (violoniste)
Virginie Fortin (improvisatrice et chanteuse)
Delphine Bergeron (artiste visuelle)
Jasmine Catudal (productrice OFFTA, scénographe)
Stéphanie Boulay (chanteuse et musicienne)
Mélanie Boulay (chanteuse et musicienne)
Marie-Pier Fortier (conceptrice de masques et scénographe)
Amber Berson (directrice centre art)
Michèle Lacombe (artiste de performance)
Catherine Lamontagne-Drolet (bédéiste)
Lilianne Boucher (actrice et productrice)
Queen K (slameuse)
Isabelle Gennaro (fondatrice du site culturel Curious Montréal)
Karine-Amélie Lévesque (fondatrice du site culturel Curious Montréal)
Julie Breton (conceptrice costumes)
Pascale Beaudin (chanteuse d’opéra)
Geneviève Lizotte (scénographe et directrice artistique)
Émilie Gauvin (actrice et auteure)
Amélie Roy (joaillière)
Marianne Chénard (céramiste)
Marianne Chevalier (artiste visuelle)
Anne-Marie Rodrigue Lecours (éclairagiste)
Méllissa Larivière (actrice, auteure et productrice)
Marie-Hélène L. Delorme (musicienne et chanteuse)
Anne-Laure Djaballah (peintre)
Cindy Cantin (designer)
Karine Léger (photographe et peintre)
Caroline Robert (artiste visuelle)
Ménaic Raoul (productrice)
Vicky Sabourin (artiste de performance)
Virginie Morin (actrice)
Sara A. Tremblay (artiste visuelle)
Kathryn Samman (chanteuse jazz)
Évelyne Fay (designer)
Francesca Barcenas (actrice et productrice)
Kim Lizotte (humoriste)
Émilie Laforest (chanteuse)
Raphaelle Perreault (danseuse et chorégraphe)
Manon Larin ( agente culturelle)
Maïna Militza (maquilleuse)
Josianne Dicaire (comédienne et productrice)
Mia Bureau (sculptrice de fruits)
Gabrielle Laïla Tittley (artiste visuelle)
Géraldine Bureau (chanteuse et musicienne)
Monia Chokri (actrice)
Évelyne Lamontagne (trapéziste)

AUSSI AUX FILLES DU SPÉCIAL GRÈVE
Martine Desjardins (présidente FEUQ)
Éliane Laberge (présidente FECQ)

À NOS MAQUILLEUSES
Mélanie Belisle
Sarah Leflochmoen
Catherine Lemay
Dominique T. Hasbani
Marie-Michèle Ménard
Amélie Thomas
Amélie Bruneau-Longré
Ana-Maria Cimpoia
Audray Adam

À NOTRE CORRECTRICE
Chantale Genet

AUX FILLES DU ELLE QUÉBEC
Louise Dugas, Sandra Abi-Rashed, Marie Vaillancourt, Véronique Alarie, Vanessa Basille, Violaine Charest-Sigouin et Emmanuelle Martinez-Curvalle.

AUX FILLES ET AUX GARÇONS QUI NOUS ONT AIDÉES LORS DES SOIRÉES DE FÊTE
Marie-Pierre Primeau-Groulx, Marjolaine Lord, Sarah Bélanger-Martel, Sandrine Charbonneau, Sabrina Ratté, Catherine Aboumrad, Vanessa Hauguel, Toby Andris Cayouette , Ovila Cormier, Jean-François Bemeur., Laurent Boutin et Dave Comtois.

SANS OUBLIER
Aurore Lehmann
Ana Mazarieg.
Bières Boris
Josianne Poirier pour le logo
Jérémie McEwen d’aimer Sarianne
Marjorie Guindon et Audrey Belval, les deux autres filles derrière Le Zèbre blanc, studio de photo de Nous sommes les filles.

Il y aurait eu plein d’autres filles dont on aurait voulu souligner le talent. Des filles près de nous, que l’on aime et que pour plusieurs raisons nous n’avons pas pu présenter. Soit par conflit d’horaire, par équilibre des disciplines, par la fine ligne où l’on se demande qui est de la relève ou par choix de sortir un pas plus loin que notre cercle d’amies. Aujourd’hui, nous voudrions souligner ces filles, ces « extra » filles.

LES FILLES À JULIE :
Marjorie Guindon, Audrey Belval, Catherine Aboumrad, Myriam Gaumond, Sarah Gauthier, Natacha Filiatrault, Sylvianne Rivest-Beauséjour, Caroline Laurin-Beaucage, Catherine Gaudet, Joannie Lafrenière, Mélanie Demers, Marie-Ève Émond, Catherine Beauchamp, Les Enfants Sauvages, Anne Thériault, Josée Lecompte, Marie-Ève Tanguay, Anicko Bouchard, Caroline Gravel, Natasha Castonguay et Patricia Gagnon.

LES FILLES À SARIANNE :
Vivianne Audet, Élaine Ébert, Marilyn Castonguay, Annie Goulet, Florence Longpré, Carolyne Goyette, Myriam Gaumond, Delphine Huguet, Sophie Dupuis, Marlène Poulin, Mélanie Gauthier, Delphine Bienvenu, Sofi Lambert, Carla Turcotte, Élisabeth Tremblay, Marie-Claire Lalonde, les filles des Biches Pensives, les filles de la promotion 2006 du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, Nadine Gomez, Catherine Léger, les filles de Rêves d’Acteurs, Marie-Eve Trudel, Elen Ewing, Emmalie Ruet, Audrey Lamontagne et toutes les autres ! Mention spéciale à Simon Boulerice, qui aurait tellement aimé ça, être le seul gars de Nous sommes les filles !

Publicités
Publié dans * À surveiller ! | Laisser un commentaire

LE MOT DE LA FIN

Un an… Il y a un an, nous lancions NOUS SOMMES LES FILLES sans connaître l’ampleur que le projet allait prendre. En août dernier, après seulement quelques jours d’existence, le projet était déjà à la une du journal Voir. Par la suite, nous avons eu la chance de créer une collaboration unique avec l’équipe du Elle Québec. Un an plus tard, c’est près de 3700 personnes qui nous suivent sur Facebook et 300 000 visites sur notre site.

Ce projet nous a valu de nombreux courriels de compliments, remerciements et a confirmé qu’une plateforme dédiée aux filles de la relève était nécessaire.

NOUS SOMMES LES FILLES se termine aujourd’hui et nous espérons que vous aurez découvert grâce à nous de nouveaux visages, de nouveaux talents, des filles qui vous auront inspirés. Nous espérons aussi avoir donné l’envie à des filles de prendre leur place, de mener de front des projets qui leur tiennent à cœur.

Pour votre appui, vos commentaires, votre enthousiasme, nous vous disons cent fois merci.

Julie & Sarianne


Julie Artacho

« NOUS SOMMES LES FILLES, c’est un projet qui vit en moi depuis deux ans. Deux ans à le façonner, le créer, le monter, le diffuser. C’est un projet qui n’aurait pas pu exister si Sarianne ne s’était pas alliée à moi au début de 2011 pour mettre mes idées en branle, les questionner, les remodeler et pour lancer ensemble un projet à l’image de ce que vous avez vu tout au long de l’année.

J’ai eu la chance incroyable de rencontrer et de photographier de belles et talentueuses filles. Des cœurs généreux et des filles passionnées.

NOUS SOMMES LES FILLES, c’était la découverte de deux filles par semaine sur un blogue, mais c’était aussi des journées de shooting…

Des journées à perfectionner notre art du café latté, à manger des croissants en parlant de garçons, de la vie, du métier, du rôle de la femme, du fait d’être mère. Des journées à écouter des vidéos douteuses sur YouTube et à endurer mon amour pour ABBA. Des journées à rire, parfois à pleurer, à rassurer des filles magnifiques qui ne le voient pas, à entendre quatre fois par jour « Je suis pas photogénique ». Des journées à s’amuser avec les enfants de nos maquilleuses et de nos filles qui venaient au studio. Des journées à demander à Sarianne de faire son imitation dansée de Grimes. Des envois de textes dernière minute à des heures impossibles à notre merveilleuse correctrice, Chantale Genet. Des tresses et coiffures improvisées, des conseils de maquillage, du « cachage » de cernes par nos maquilleuses merveilleuses.

L’aventure ici se termine et j’ai déjà le pied dans d’autres projets. NOUS SOMMES LES FILLES voulait qu’on se questionne sur la place des femmes, voulait aussi d’une certaine manière montrer que nous, les filles, nous avons le droit de foncer, de faire ce qui nous plaît, avec tout notre cœur et toute notre passion. Le prochain projet que j’entamerai, en collaboration avec la blogueuse et auteure Geneviève Pettersen, sera dans cette lignée engagée avec un autre sujet tournant autour des femmes.

Sinon, je continuerai la photo et je vous invite à consulter mon tout nouveau site Web www.coeurdartacho.com et ma page Facebook.

Merci d’avoir fait de ce projet une magnifique aventure. »


Sarianne Cormier

« Quand « un an, 100 filles, un blogue » se transforme en « une finale, 102 rencontres, un bilan », j’aime ça !

Avant toute chose, je veux absolument prendre le temps de remercier l’indispensable Chantale Genet ! En un an, elle a corrigé plus de 200 textes ! Merci ! Merci ! Tu es, j’en suis certaine, la plus intelligente de nous trois ! Par le fait même, j’aimerais aussi souligner le travail exceptionnel de nos maquilleuses !

NOUS SOMMES LES FILLES a été pour moi un espace de discussion, de partage d’idées et d’expériences. Une plateforme où l’on retrouve nos semblables et nos opposées. Un lieu où les jeunes artistes ont eu le droit de dire haut et fort ce qu’elles aiment, de quoi elles ont peur et surtout de mettre des mots sur ce qu’elles souhaitent pour le futur. Parce que c’est le fun de rêver et c’est encore plus le fun de rêver ensemble.

NOUS SOMMES LES FILLES m’a fait réaliser que j’aime unir des gens. J’aime créer ces rencontres improbables et uniques. Je me trouve chanceuse d’avoir répété l’expérience des centaines de fois cette année !

MESSAGE POUR JULIE : Julie, femme qui sait détecter la beauté unique de chacun : merci ! Merci d’avoir fait mon café les matins de studio, pour les Toblerone (le chocolat triangulaire fait de moi une meilleure personne), d’être la première et souvent la dernière spectatrice de mes spectacles de danse improvisés, pour tes histoires de garçons, d’avoir été contente, d’avoir été triste, d’avoir été toi ! Ce qui me reste de mieux de NOUS SOMMES LES FILLES, c’est que je me suis fait une nouvelle amie, une bonne amie… merci Julie.

PROCHAINEMENT, je compte m’éloigner de mon ordinateur quelques jours et m’acheter de nouvelles lunettes. Ensuite, j’aimerais trouver une jolie robe pour la première du film L’affaire Dumont, faire ma valise pour aller jouer Ce qu’on enterre à Sherbrooke, présenter Les vestiges (mon dernier court métrage) sur grand écran, terminer le casse-tête de la tour Eiffel que j’ai commencé et pas terminé, aller à Paris pour rencontrer le bébé d’une amie qui reste trop loin et retourner à mon ordinateur pour écrire des histoires et des demandes de subventions.

Merci les filles
Merci lecteurs, lectrices
Merci, merci pour tout »

* Maquillage et coiffure par Amélie Bruneau Longpré / Gloss artistes

Publié dans * À surveiller ! | 5 commentaires

Le travail d’Evelyne

Bobby McFerrin

Love

Zarkana

Publié dans * À surveiller ! | Laisser un commentaire

EVELYNE LAMONTAGNE

Evelyne a 28 ans. Elle est artiste de cirque.

Evelyne a obtenu son diplôme à l’École nationale de cirque de Montréal en 2003, en spécialité trapèze-danse (trapèze dont les deux cordes se joignent en un seul point, en forme de triangle).

En 2003, Évelyne était artiste invitée dans le concert de Bobby McFerrin au Festival de Jazz de Montréal. En 2004, elle prenait part au Circus Monti, un cirque traditionnel suisse. De 2005 à 2009, elle a joué le personnage acrobatique de Lucy In The Sky pour LOVE du Cirque du Soleil, présenté à Las Vegas. Depuis 2009, elle incarne Ti-Boss, personnage qu’elle a créé, dans le spectacle Zakarna du Cirque du Soleil. Le spectacle a été présenté au Radio City Music Hall de New York, à Madrid et au théâtre Kremlin à Moscou.

À propos de Ti-Boss : « Elle a un air angélique mais ne laisse personne lui marcher sur les pieds, elle a un fouet pour ramener ses collègues à l’ordre. Elle croit qu’elle a le pouvoir sur tout le monde, mais peu de gens la prennent au sérieux. »

Dès octobre, Zakarna sera présenté à Las Vegas.

AMBITIONS : « Rester en santé pour pouvoir faire ce métier que j’aime le plus longtemps possible. Faire partie de la création d’un autre spectacle, peu importe la compagnie. Un de mes souhaits les plus chers est de travailler avec le metteur en scène Daniele Finzi Pasca (Nebbia, Donka, La Verità)

DÉMARCHE : « Si je crée un numéro de trapèze, je cherche une inspiration qui est près de moi, quelquechose/quelqu’un qui me touche, et je mets en mouvement ce que je ressens. Si je dois incarner un personnage (dernièrement Ti-Boss), je regarde des dessins animés pour trouver une caricature et une sensibilité, Louis de Funès pour  »pogner les nerfs » comme personne ne sait le faire : mes expériences quand j’étais jeune. »

Sa vision d’elle : « Je suis une éternelle enfant : depuis que j’ai gradué à l’École nationale de cirque, dans 95 % de mes spectacles, j’ai le rôle d’une enfant de 12 ans et moins… Que voulez-vous, je mesure 5 pieds, j’ai les cheveux roux : un casting parfait ! »

LA RELÈVE QU’ELLE ADMIRE : « Étant donné que mon travail m’amène à voyager sans cesse, je rencontre des artistes de partout sur mon passage. La relève vient de partout dans le monde : ce n’est pas facile de la découvrir. Mais je constate que les jeunes se font une belle place dans le milieu du cirque. Le cirque, ce n’est pas une discipline en tant que telle, c’est une forme de spectacle qui intègre une multitude de disciplines artistiques diverses. »

MENTORS ET INFLUENCES : « Ma famille, Daniele Finzi Pasca, mon entourage, ce que je vis. Quand j’étais toute jeune, mes parents nous amenaient voir des spectacles de tous genres, mais j’ai tout particulièrement accroché sur ceux du Cirque du Soleil, c’est cette compagnie qui m’a donné la motivation de faire de cette passion une carrière. »

* Maquillage et coiffure par Catherine Lemay

Publié dans Cirque | Laisser un commentaire

Monia au cinéma

« Quand j’aborde un rôle, je me demande toujours quelle est la façon la plus convenue de l’interpréter. Quand je la trouve, je me dis que je dois faire exactement l’inverse. Pour ce faire, il faut ne pas avoir peur de laisser le personnage avoir des réactions inattendues. Au lieu de travailler les qualités de mes personnages, je creuse souvent leurs défauts, leur côté moins reluisant et plus fragile. C’est par le laid que mes personnages prennent vie, deviennent de vrais humains touchants. »

Bande-annonce de Laurence Anyways : 

Bande-annonce des Amours Imaginaires : 

Publié dans Cinéma, Théâtre | Laisser un commentaire

MONIA CHOKRI

Monia a 30 ans. Elle est comédienne.

Au cinéma, Monia a travaillé entre autres avec Xavier Dolan dans Les amours imaginaires et Laurence Anyways, avec Anne Émond dans les courts métrages Frédérique au centre et Plus rien ne vouloir et travaille présentement avec Claire Simon dans Gare du Nord Remix.

Au petit écran, elle sera prochainement sur les ondes de France 3 et TV5 Monde dans le téléfilm Clemenceau et sera de la distribution de la troisième saison de la série Le gentleman, présentée à TVA en hiver 2013.

Elle est aussi cofondatrice de la compagnie Théâtre du Bunker, dj à la Buvette chez Simonne et auteure dans la revue Nouveau Projet.

« J’aime mon métier, j’ai la chance d’en vivre bien et, surtout, d’avoir rencontré des gens de qualité dans les trois médiums, théâtre, cinéma, télévision. Comme acteur, on se retrouve dans une position très étrange entre l’exécution et la création, pas tout à fait dans un, pas tout à fait dans l’autre. J’aime beaucoup le métier d’acteur, mais il est vrai que par moments, la création totale d’un projet artistique me manque. J’ai touché à plusieurs médiums en art avant de devenir comédienne : la photo, la peinture, la musique, l’écriture, etc. Finalement, je pense que comme artiste, on se tourne vers une forme plutôt qu’une autre simplement parce qu’on se sent plus à l’aise techniquement. Fondamentalement, au-delà du champ artistique, ce qui m’intéresse et m’obsède, c’est le langage artistique, transmettre l’œuvre, la forme n’est qu’un vecteur de cette communication. »

« Je souhaite continuer à exercer ce métier longtemps, mais avec une pleine liberté en ce qui a trait aux projets. Pour y arriver, je travaille fort pour multiplier et explorer d’autres manières de faire le métier de comédienne, mais aussi de créer par d’autres médiums. Par exemple, travailler entre la France et le Québec me permet un plus grand spectre de jeu, une liberté quant au choix des films, des pièces de théâtre qu’on me propose. Le fait d’être dj, d’écrire des articles comme celui dans Nouveau Projet, de développer mes propres films m’aide à me ressourcer comme artiste, à ne pas tomber dans la caricature de moi-même ou dans la lassitude face à la création. Mais ne pensez pas que tout cela est facile, la liberté a un prix en art, celui de travailler sans arrêt. Contrairement à l’idée reçue, les artistes sont des travailleurs acharnés.

« Cela est bien compliqué d’être actrice. D’une part, la jeunesse est une obsession de notre métier. Il est dur pour une actrice de traverser le temps et d’avoir une carrière intéressante durant toute une vie. Le moteur du métier d’acteur, c’est la séduction. On séduit le public pour qu’il écoute, on dirige son regard sur nous à l’écran ou sur une scène. Le premier spectateur qui nous regarde, c’est celui qui nous embauche (réalisateur, metteur en scène). Je pense que le fait d’avoir en majorité des hommes comme scénaristes, réalisateurs, metteurs en scène, nous défavorise en tant que femme. Je généralise légèrement, mais quand un réalisateur cherche un homme, il cherche son alter ego, quand il cherche une femme, il cherche un objet de fantasme. Je souhaite que de plus en plus de femmes écrivent et réalisent, cela nous permet de développer une vision du monde plus égale, plus nuancée. »

ELLE ADMIRE : « Jasmine Catudal pour sa capacité à mener de grands projets, son intelligence et sa rigueur. Chez les actrices, parce qu’elles sont toutes intelligentes, belles, talentueuses, drôles, sensibles et qu’elles m’inspirent : Sophie Cadieux, Émilie Bibeau, Émilie Gilbert, Anne-Elisabeth bossé, Magalie Lépine-Blondeau, Evelyne Brochu. Les réalisatrices, parce qu’elles sont profondes et qu’elles savent traduire avec justesse les préoccupations de notre génération : Anne Émond, Chloé Robichaud. Les productrices Nancy Grant et Fanny-Laure Malo  parce qu’elles sont sensibles aux projets de qualité et n’hésitent pas à se mettre en jeu par amour de l’art. Les musiciennes : M.I.A., la chanteuse de The Knife et Fever Ray : Karin Dreijer Andersson, elle me bouleverse. Émilie Simon, parce que sa voix est puissante et que c’est une artiste complète. Chez les auteures : Fanny Britt, avec sa plume acide et sa langue recherchée, elle est une de nos meilleures auteures dramatiques.

INFLUENCES : « Pour la vie en général, ma mère. Une des femmes qui m’inspirent le plus dans ce métier, c’est Tina Fey, probablement une des auteures les plus drôles au monde. J’admire aussi la plume et le sens du dialogue que possède Agnès Jaoui.  Pour le jeu : Meryl Streep, Judy Davis, Cate Blanchett, Jeanne Moreau, Anouk Aimé, Valérie Lemercier, Isabelle Adjani, Isabelle Huppert, Karine Viard, Anne-Marie Cadieux, Guylaine Tremblay, Anne Dorval. Réalisatrices : Colline Serreau, Andrea Arnold, Maïwenn. Auteures : Hannah Arendt, Marguerite Duras, Annie Ernaux. Il y a plein d’hommes aussi, mais aujourd’hui c’est aux femmes que j’avais envie de donner toute mon admiration. »

LIENS WEB :
http://www.agencegoodwin.com/fr/artistes/monia-chokri
http://www.zelig-fr.com/index.php?id=396

* Maquillage et coiffure par Marie-Michèle Ménard

Publié dans Cinéma, Théâtre | 1 commentaire

La musique de Géraldine

www.cagoule.ca

Publié dans * À surveiller ! | Laisser un commentaire