FRANCESCA BARCENAS

Francesca a 29 ans. Elle est comédienne, productrice et cofondatrice de la compagnie de théâtre DuBunker.

Sur scène, on a pu voir Francesca dans la dixième édition des Contes urbains, mise en conte par Yvan Bienvenue, dans Le portier de la gare Windsor de Julie Vincent, dans Disparu(e)(s), mise en scène de Martin Faucher. Depuis plus de deux ans, elle joue dans une création du Théâtre Bluff , S’embrasent, mise en scène par Éric Jean. Elle sera aussi dans la nouvelle création multidisciplinaire de la compagnie de théâtre Odelah Créations. La pièce La mémoire du corps/Body Memory sera présentée en 2013 au New Groundswell Festival à Toronto.

http://www.nightwoodtheatre.net/index.php/whats_on/the_new_groundswell_festival_2013#tab

En 2004, elle fonde conjointement la compagnie théâtrale DuBunker, avec laquelle elle présente plusieurs créations, dont Le songe de l’oncle de Dostoïevski (2006), Le diable en partage de Fabrice Melquiot (2007) et Je voudrais (pas) crever de Marc-Antoine Cyr (2009 et 2011). Elle travaille présentement à leur nouvelle production.

À la télévision, elle était de la distribution de Un homme mort, Nos Étés III et Providence. Au cinéma, on a pu la voir dans Polytechnique de Denis Villeneuve ainsi que dans Route 132 de Louis Bélanger. Prochainement, nous pourrons la voir dans le prochain long métrage du réalisateur argentin Federico Hidalgo, L’incrédule, en salle dès le 10 août à l’Excentris et dans Hier, aujourd’hui, hier, un long métrage indépendant de Xavier Beauchesne-Rondeau.

Elle est aussi connue pour avoir fait partie des 12e et 13e conseils d’administration du Conseil québécois du théâtre (CQT), être trilingue et aimer particulièrement le chocolat noir.

« Parfois, la vie nous réserve bien des surprises et nous pousse vers des sentiers inconnus qui tantôt terrorisent, tantôt émerveillent. Ayant vécu une expérience éprouvante aux côtés d’un jeune frère atteint d’un cancer, à la fin de mon secondaire (quoique intéressée par les arts et les communications), j’ai décidé de poursuivre mes études collégiales en sciences pures afin de poursuivre une carrière en médecine. J’avais amorcé mes études lorsqu’un spectacle de théâtre a complètement changé mon parcours; un classique de la dramaturgie : Hamlet de Shakespeare, mais dans une relecture d’Alexandre Marine. En 1999, j’ignorais quelle tournure allait prendre ma vie. Ignare, bouleversée, j’ai décidé de remettre le compteur à zéro, me lancer vers les arts et le théâtre et apprendre à nouveau. Et de là, les choses se sont enchaînées… »

« Au fil du temps, je me définis davantage en tant qu’artiste. C’est une carrière qui se bâtit tout le long d’une vie et où il faut voir venir Triomphe et Défaite. Ma démarche se teinte au fil des rencontres que je fais. Des rencontres qui me font apprendre et découvrir de nouvelles choses qui me poussent à m’abandonner et à me surpasser. »

« À force de produire des spectacles avec ma compagnie de théâtre, et récemment de manière indépendante avec un collectif d’artistes, je caresse sérieusement le désir de développer davantage et de mettre en pratique mes aptitudes de productrice dans d’autres médias. J’aimerais bien produire une série Web ou un court-métrage… J’aime l’exigence et la créativité que ça prend pour réaliser un projet et bien le mener à terme. Partir d’un texte, l’idéaliser, mettre tous les éléments en place pour le réaliser, le voir se concrétiser tranquillement, bâtir son équipe et, tous ensemble, voir le projet se développer artistiquement. À suivre. »

AMBITIONS :
« Ne pas arrêter de rêver.
Oser. Ne pas avoir peur.
Surtout, ne pas avoir peur de tomber, puis de se relever (même si ça fait mal!).
Fuir le découragement. Embrasser l’optimisme.
Poursuivre ma carrière avec rigueur, plaisir et conviction.
Être une comédienne sans frontières. Jouer, jouer et encore jouer.
Aimer. Apprendre. Choisir. Se simplifier la vie. Voyager.
Apprendre une quatrième langue. »

ELLE ADMIRE : « J’ai un énorme respect, beaucoup d’amour et de reconnaissance pour cette relève qui, chaque jour, travaille très fort pour se frayer un chemin et trouver sa juste place dans ce grand petit milieu. Leur regard est lucide, leurs opinions distinctes et ils ont le courage de leurs ambitions. Ils et elles sont : comédiennes, auteures, metteurs en scène, collègues de classe, réalisatrices, productrices, monteuses, scénaristes, directrices d’une compagnie de théâtre, directrices d’une compagnie de production, conceptrices de décor, de costumes et de musique, marionnettistes, photographes, danseuses, musiciennes, traductrices, designers de mode, voyageuses, avocates. *

* Le féminin est utilisé comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes afin de faciliter la lecture et faire un clin d’œil a la formule consacrée. »

INFLUENCES : « Ma mère, ma famille, mon homme. C’est un noyau fertile de réflexions, d’influences et d’évolution. »

« Les personnes justes, intègres, qui ont du chien !
Les personnes rigoureuses, rieuses, méticuleuses, curieuses et articulées.
Celles qui vont au bout de leur projet ou de leur folie !
Les petites choses inutiles et banales de la vie.
L’étranger. L’autre. L’ailleurs.
L’humain : son courage, sa bêtise, son amour, sa solitude, sa force, sa stupidité. »

« Frida Kahlo, Cate Blanchett, Chantal Hébert et Marcello Mastroianni. »

* Maquillage et coiffure par Mélanie Belisle/Gloss artistes

Publicités
Cet article a été publié dans * À surveiller !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s