ÉLIANE LABERGE

Éliane a 19 ans. Elle sera la présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) dès ce vendredi, le 1er juin 2012.

Éliane a grandi dans le Mile-End, où elle a développé très jeune sa fibre communautaire. Dès le primaire, elle s’est impliquée dans son comité environnement, puis au secondaire, elle faisait partie du comité de solidarité internationale.

C’est lors de sa deuxième année au DEC en histoire et civilisation au Collège de Rosemont qu’Éliane a commencé à s’impliquer dans son association étudiante. Cette année, après avoir fini son DEC, elle a entamé sa première année en arts visuels et est devenue responsable aux affaires externes.

« J’ai commencé à assister aux congrès de la FECQ et à m’impliquer dans la campagne contre la hausse des frais de scolarité. C’est devenu une suite logique de mon engagement. Je me suis dit: J’ai travaillé beaucoup au niveau local et au niveau de la campagne nationale, pourquoi ne pas poursuivre mon implication au sein de la fédération? »

Ainsi, elle a été élue présidente à la fin du mois d’avril pour assurer le relais de Léo Bureau-Blouin, qui termine son mandat de deux ans. Elle entrera en fonction dès demain.

« C’est un honneur et une fierté de devenir représentante d’une génération d’étudiants qui se sont tenus debout, qui croient en leurs idéaux et qui sont prêts à faire des sacrifices pour ces idéaux-là. Ça, c’est honorable. Ça demande beaucoup de courage de la part des étudiants, comme ceux du Collège de Rosemont qui sont en grève depuis 10, 12, 14 semaines. Je me dis que c’est vraiment un très grand honneur de maintenant les représenter et de poursuivre d’autres projets avec eux. »

Éliane veut faire partie des gens qui améliorent la condition de vie de leur communauté, ici ou ailleurs. Ses parents ayant œuvré en développement international, elle est aussi sensible à l’aide humanitaire. Par contre, en ce moment, améliorer les conditions des étudiants est ce qui lui tient le plus à cœur et c’est à travers la FECQ qu’elle compte le faire.

PLACE DES FEMMES : « La dynamique à la FECQ est vraiment particulière, c’est-à-dire qu’il y a une parité hommes-femmes exceptionnelle. Cette année, autour de la table de la FECQ, c’était plus féminin que masculin, ce qui veut dire que cette pression-là, moi, je ne la ressens pas dans le contexte de la fédération. En général, dans la vie, je ne la ressens pas non plus. Selon moi, un être humain est un être humain, peu importe le sexe qu’il a. C’est comme ça que moi, je me positionne dans tout ce que je fais. Ce qui veut dire que ça ne m’intimide aucunement. On le voit, à la tête de la FEUQ, c’est une présidente. Il y a une porte-parole à la CLASSE et à l’ASSÉ aussi. Alors il y a quand même une place pour la femme dans le mouvement étudiant. »

SES INSPIRATIONS : « Il y a certaines personnes qui ont des idoles, des personnes types qui vont les inspirer. Je pense que je vais chercher dans n’importe qui que je rencontre une inspiration quelconque qui va me faire avancer. Je sais que ma famille a eu beaucoup d’influence sur la personne que je suis en ce moment. Ma mère, mon père, mais j’ai aussi une grande sœur, un grand frère, et ils ont beaucoup influencé mon cheminement. »

ELLE ADMIRE : « Des militants qui s’impliquent tous les jours dans la campagne contre la hausse des frais de scolarité, des gens qui, je sais, vont devenir de grandes personnes plus tard, j’en ai rencontré tout plein. Des gens qui ont compris que la société qu’ils voulaient avoir, ils allaient l’avoir en la prenant en main. C’est des gens que j’ai vus dans mes conseils de grève et sur les lignes de piquetage au Collège de Rosemont tous les jours, qu’on a vus peut-être dans les topos ou écrire des lettres ouvertes dans les différents journaux. Une personne qui a une influence pour moi, ce n’est pas une personne, c’est toute la jeunesse. »

LE QUÉBEC DU FUTUR : « Le Québec du futur, c’est un Québec où il y a un peu plus de justice sociale, où il y a une plus grande accessibilité aux études, où il y a sans doute une société plus équilibrée au niveau environnemental, où il y a une meilleure intégration des immigrants. Ça va être une société où l’interculturalisme sera plus efficace. »

LIEN WEB : http://fecq.org/
La FECQ sur Facebook : http://www.facebook.com/fecq.education

* Maquillage et coiffure par Mélanie Belisle/Gloss artistes

Publicités
Cet article a été publié dans * À surveiller !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour ÉLIANE LABERGE

  1. Hélène Neault dit :

    Nous sommes très fiers de vous. Actuellement les étudiants sont à écrire une page de l’histoire du Québec. Que la mobilisation continue, Je suis et nous sommes avec vous tous les soirs.

  2. serge max vincent dit :

    Au COEUR le Carré Rouge ….

  3. Ping : Femmes de grève

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s