ÉMILIE GAUVIN

Émilie a 36 ans. Elle est comédienne, auteure et metteure en scène.

C’est à travers un parcours qui l’a menée à des études en arts plastiques, en création littéraire, en interprétation théâtrale et en mise en scène qu’Émilie est devenue une praticienne plutôt versatile.

En tant que comédienne, auteure et metteure en scène, elle collabora plusieurs fois avec le théâtre de l’Ancien presbytère à Granby. Elle fut assistante à la mise en scène et à la production avec le Cirque du Soleil. Elle signa plusieurs mises en scène, dont Les boxeuses, un texte de Catherine de Léan et Véronique Pascal présenté à la Petite Licorne en 2008.

En 2001, avec Catherine Paré, elle eut l’idée de Fée Éric, une sitcom jeunesse qui voit le jour 11 ans plus tard sur les ondes de VRAK.TV. Les épisodes sont écrits en partie par Émilie et son inséparable coéquipier, Yann Tanguay. Fée Éric est conçue en collaboration avec Catherine, François-Étienne Paré, Yann, Alexandre Villeneuve et Pierre-Yves Bernard; elle est réalisée par Martine Boyer et est produite par La Presse télé. L’équipe vient tout juste d’apprendre que Fée Éric sera reconduite pour une deuxième saison de 26 épisodes.

En 2007, Émilie fondait avec son ami Martin Boisclair la compagnie de création Tout le monde s’appelle Alice. Ils travaillent actuellement sur un spectacle jeune public pour lequel Émilie sert d’œil extérieur.

En 2010, avec la comédienne Mélissa Dion Des Landes et les conceptrices Ellen Ewing et Geneviève Lizotte, elle élaborait le projet Ô les beaux jours en 2039. « En 2039, ça fera 50 ans que l’auteur Samuel Beckett est décédé. Nous avons décidé qu’à cette occasion nous produirons sa pièce Oh les beaux jours. Nous avons donc 30 années devant nous pour explorer cette œuvre. »

Du 22 mai au 9 juin 2012, à La Licorne, Émilie sera de la production BUG de l’auteur Tracy Letts du Théâtre À qui mieux mieux. Elle assure aussi la traduction de la pièce.

En septembre 2012, elle participera à la Nuit blanche de Toronto où elle présentera une
« espèce de version scénique de vérité ou conséquence avec le public. »

« Je suis beaucoup allée où le fun me portait, où la nécessité m’emmenait. Je sais pas si c’est l’âge, mais j’ai de plus en plus envie de choisir. De me poser, de creuser un sillon un peu plus profondément. »

SES AMBITIONS : « Continuer d’apprendre, préserver mon enthousiasme, gagner en courage, en engagement, creuser le sillon. Continuer de créer des objets en espérant qu’ils sachent rejoindre les gens. Continuer de faire des rencontres. »

LA PLACE DES FEMMES : « Les femmes sont là, en force vive, mais en présence discrète. Les gars apprennent mieux à « shiner ». Mais je sens aussi que ça tend à changer, que l’égalité s’amène, que les filles font ce qu’elles ont envie de faire, qu’elles n’ont pas la croyance que leur créativité vaut moins que celle d’un homme. Et je pense que les gars accueillent les idées des filles comme des idées, point. Pas comme des idées de filles. »

LA RELÈVE QU’ELLE ADMIRE : « Toutes ces filles qui vont au bout de leurs projets, de leur prise de parole, avec liberté, enthousiasme, intelligence, intégrité, sensibilité, humour et passion ; et qui en plus ont le tour de mener des vies personnelles bien remplies ! Je pense à des artistes de cirque, des comédiennes, des auteures, des musiciennes…

Les filles du théâtre Ink, Marcelle Dubois, Anaïs Barbeau-Lavalette, Rebecca Singh. »

SES MENTORS : « Pierre-Yves Bernard parce qu’il est un guide lumineux, patient et drôle dans ce nouvel univers de la scénarisation, Yann Tanguay parce qu’il est l’autre moitié de mon cerveau d’auteure, Martin Gougeon de l’Ancien presbytère, les metteurs en scène et concepteurs que j’ai assistés (dont beaucoup de femmes), les collègues qui m’ont montré à travailler, Rebecca Singh parce que rien ne l’arrête, ma famille, mes précieux et talentueux amis, Clara Hugues, Tina Fey, les conférences sur TED.com et tous ces gens qui continuent et qui gardent foi en l’humain. »

LIENS WEB :
FÉE ÉRIC
BUG
TOUT LE MONDE S’APPELLE ALICE
Ô LES BEAUX JOURS EN 2039

* Maquillage et coiffure par Mélanie Belisle/Gloss artistes

Publicités
Cet article a été publié dans Théâtre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s