MÉLANIE BOULAY

Mélanie a 22 ans. Elle est auteure-compositrice-interprète.

Mélanie a commencé à chanter bébé, avant même de parler. Une enfance tout en musique où elle et sa sœur ont appris à chanter avec les BB, Julie Masse et les Beatles. À six ans, elle a commencé à prendre des cours de chant et à 16 ans, elle quittait New Richmond pour étudier la musique à Montréal.

Elle a participé à de nombreux concours, spectacles et rencontres. Il y a eu, entre autres, les Découvertes de la Chanson de Magog, Ma Première Place des Arts, le Festival international de la chanson de Granby.

Présentement, il y a les Francouvertes, où elle et sa sœur Stéphanie sont en toute première position depuis le 21 février. Le duo Les sœurs Boulay existe depuis maintenant un peu pus d’un an.

« Avec Steph, c’est né d’un hasard. Un matin pluvieux, en lendemain de veille, une journée où on n’était pas rentrées travailler ni l’une ni l’autre, on a décidé d’enregistrer une toune (The Boxer de Simon & Garfunkel) sur le Mac de Steph et de mettre la chanson sur Facebook. Après ça il y a eu un buzz inexpliqué, et nous aussi on a eu un petit buzz, je crois. Ensuite, c’est devenu clair qu’on allait essayer de voir ce qui pouvait arriver avec ce projet. Depuis, on n’a jamais arrêté. On vient d’ailleurs tout juste de sortir notre EP de cinq chansons. On est ben contentes. »

Les filles travaillent présentement sur un album et préparent une tournée pour l’été et l’automne prochain.

Parallèlement, Mélanie joue aussi sous son propre nom dans un groupe de folk groovy/ambiant où elle compose sa musique avec Jesse Mac Cormack.

« Je n’ai pas de recette miracle-magique pour écrire une toune. Souvent, le flash commence de nulle part, pis là je dois pogner la guitare ou le ukulélé et laisser sortir ce qui vient. Je sais pas comment ça se passe réellement dans mon corps, mais quand ça arrive, j’ai l’impression que l’inspiration part de l’extérieur de moi. Souvent, ça sort en « mess désordonné » (c’est ma sœur qui dit ça), ça fait pas de sens, ça se tient pas, c’est pas cohérent. Après, on fait de l’ordre dans tout ce qui est sorti. »

LES SOEURS BOULAY : « Tout ce qu’on fait, on le fait pour le fun. On ne prétend pas réinventer la roue, on est juste deux filles vraies qui veulent faire du bien et se faire du bien, tout en restant sincères, et ça, je crois que les gens le voient et le comprennent. On aime vraiment le contact d’humain à humain. Ce qu’on est sur une scène, c’est ce qu’on est dans la vie. Avec la musique, on cherche à vivre quelque chose de spécial avec les gens qui nous aiment, qui nous suivent, vivre des petits moments magiques et essayer d’en faire vivre à d’autres. »

SA SŒUR : « Travailler avec sa sœur, c’est soit vraiment facile, soit vraiment compliqué. Pour nous deux, c’est les deux à la fois. Autant j’aime pouvoir dire ce que je pense sans mettre de gants blancs, autant c’est rough de « dealer » avec la franchise de l’autre, souvent on se chicane, des fois on se crie fort après, mais après deux minutes, on se flatte pis on s’aime. C’est vraiment comme ça, nous deux. Mais ce qui est sûr, c’est qu’entre nous deux, il y a une connexion toute spéciale. Quand on écrit de la musique ensemble, la magie opère. Je sais pas trop comment on peut s’aimer et s’engueuler autant, mais quand on écrit une chanson, il n’y a plus rien de tout ça qui existe, juste la musique. »

ELLE ADMIRE : « Il y a quelques années, j’ai eu un coup de foudre pour Philémon. Je ne sais pas si on peut le classer avec les artistes de la relève parce que ça fait quand même un bout qu’il roule sa bosse, mais disons qu’à travers les artistes un peu plus underground, il est pas mal en première place pour moi. »

SES INFLUENCES : « Gillian Welch, c’est une real. Tout se passe rien que dans sa voix… Sa musique, ça goûte la terre pis le foin, sa musique me parle dans le fond de mon ventre. Je sais pas, je crois qu’on parle juste le même langage. Il y a aussi Richard Desjardins. Je connais son album Boom Boom par cœur, pis j’ai encore des frissons à chaque fois. J’aime comment il mélange le beau avec le trash. Sa poésie est bien unique à lui. Ses mots sonnent vrais. »

LIENS WEB :
Lessoeursboulay.bandcamp.com
http://lessoeursboulay.com

* Maquillage et coiffure par Mélanie Belisle/Gloss artistes

Publicités
Cet article a été publié dans Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s