Catherine et la littérature

« La littérature est l’univers des grandes gueules, mais aussi celui des timides, des bégayeurs, de ceux qui ne sont pas télégéniques et qui n’ont pas le sens du punch. Or, comme dans presque tous les domaines, il semble qu’il faille de plus en plus être un visage, une personnalité – voire un personnage – pour être remarqué et lu (c’est d’ailleurs également vrai du journalisme). C’est dommage; les écrits devraient suffire. »

« Les femmes sont bien représentées en littérature. Sans vouloir tomber dans les clichés, je crois que l’écriture a beaucoup en commun avec les activités traditionnellement associées à la féminité, celles qui prennent du temps, qui se font dans la patience et la discrétion, sans tapage… Voilà peut-être pourquoi les femmes ont trouvé leur place plus rapidement en littérature que dans d’autres domaines artistiques. Et heureusement, elles ne sont plus si discrètes ! »

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Catherine et la littérature

  1. cyrius300 dit :

    Il faut aussi reconnaitre que plusieurs femmes ont vécu dans l’ombre des plus grands écrivains; voire pour certaine, adopté un pseudonyme masculin pour se faire entendre (telle Georges Sand). Je crois surtout que la femme est plus disposée à l’intellect, que l’homme… Et ce, grâce à son imagination fertile. Et il n’y a rien de sexiste dans ce propos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s