Roxanne et La Centrale

« Depuis 2004 j’ai la chance de travailler à La Centrale, centre d’artiste féministe inclusif dont le mandat idéologique suscite des opinions opposées, des discussions parfois enflammées et une réflexion continuellement renouvelée. J’ai pu entreprendre, participer, appuyer et tout simplement être témoin d’une multitude de projets fascinants menés par des femmes artistes impressionnantes. Nous travaillons toujours sur plusieurs projets de tout acabit au même moment. »

Parmi ceux-ci, ne manquez pas :

Vendredi 16 décembre, 21 h : FEMINASTY:
Party de collecte de fonds du temps des fêtes avec Dyke Rivers, Lamathilde, Donzelle et plus !

En février :
Deuxième exposition de la série Femmes de l’Arctique.
Lancement de la publication FÉMINISMES ÉLECTRIQUES 2000-2010.

Pour une programmation complète, veuillez consulter le www.lacentrale.org

Mandat de La Centrale :

Fondée et issue des mouvements féministes en 1973, La Centrale Galerie Powerhouse est un des plus anciens centres d’artistes autogérés du Québec. Le mandat du centre se voue au développement de l’histoire des pratiques artistiques féministes et soutient la visibilité d’artistes et d’initiatives moins ou peu représenté-es auprès des institutions culturelles établies. Le centre a pour objectif d’offrir une plateforme pour les langages en art actuel porté par les discours féministes, les théories du genre, la diversité culturelle et la transdisciplinarité. Cela implique l’importance du développement des réseaux d’échanges professionnels à l’échelle locale, nationale et internationale. Le centre encourage les artistes à toutes les étapes de leur carrière afin de permettre les échanges intergénérationnels. La programmation et les événements organisés par la galerie sont le reflet des intérêts et engagements des membres du centre. (http://www.lacentrale.org/qui-est)

« Il y a tellement d’artistes membres ou exposants du centre dont je respecte le travail. Plusieurs de celles-ci exposent maintenant au Musée d’art contemporain de Montréal, mais en voici quelques-unes dont le travail vaut la peine d’être découvert. Il y a le travail sérigraphique intense de Dominique Pétrin, Jacinthe Loranger et Leyla Majeri, le body art concis, intelligent et évocateur de Michelle Lacombe, les animations surréalistes d’Amy Lockhart, la passion pour le country et l’artisanat québécois de Myriam Jacob-Allard, les projets personnels et cocasses de Julie Lequin, les vidéos performatives intimes d’Anne Parisien, les œuvres fortes (souvent dark), peu importe le médium, de Mona Sharma. Une bonne place où trouver des projets intéressants, dont des vidéos de Lamathilde, Sabrina Ratté et plusieurs autres est le site 52 Pick-Up, mené par l’incroyable vidéaste et hilarante artiste Dayna McLeod. À consulter absolument ! »

Publicités
Cet article a été publié dans Arts visuels, Musique, Performance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s